Apres un suicide, notre soutien aux journalistes tunisiens

Paris, le 27 décembre 2018

 

Soutien aux journalistes tunisiens

Le 24 décembre dernier, Aberrazak Zorgui, journaliste pigiste dans une chaîne privée locale, s'est immolé par le feu à Kasserine, une ville située à l'ouest de la Tunisie, dans une des régions les plus pauvres du pays.

La mort brutale de ce confrère «est un signe de refus d'une situation catastrophique et d'un déséquilibre régional, d'un fort taux de chômage parmi les jeunes et de la misère que vivent nos concitoyens dans les régions intérieures», écrit ce 26 décembre le journal Le Quotidien.

La CFDT-Journalistes apporte son soutien au Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) qui a appelé à une « grève nationale de la dignité » le 14 janvier, jour du 8e anniversaire de la Révolution, pour protester contre la situation désastreuse du secteur médiatique notamment dans le privé et la condition « fragile » d'un bon nombre de journalistes. 

Nous soutenons ce beau pays qu’est la Tunisie et ses habitants qui mènent un combat difficile pour la démocratie, la liberté d'expression et de la presse. 

Union Syndicale des Journalistes CFDT

(Fédération conseil-communication-culture CFDT), 47/49, avenue Simon Bolivar 75019 Paris, tél 01 56 41 54 20

journalistes@f3c.cfdt.fr

www.journalistes-cfdt.fr

Adhérente à Reporters sans Frontière –RSF.

Adhérente aux Fédérations Internationale et Européenne des Journalistes (FIJ et FEJ)

Publié le : 
Jeudi, 27 Décembre, 2018
Rubrique: