Campagne électorale, journalistes malmenés: inverser la pente

 

 

Communiqué de l'Union syndicale des Journalistes CFDT réunie en Bureau le 11 mai

 

Élections: faire mieux qu'aux présidentielles

 

Après la campagne de l’élection présidentielle, les journalistes de l'USJ-CFDT constatent et déplorent :

  • La dégradation des conditions de travail des journalistes : harcèlement de rédactions, photo-reporteurs malmenés par les services d'ordre de partis politiques, journalistes pris à partie et accusés de parti pris par certains candidats, invectivés de manière agressive, interdits de contacts directs avec certains candidats et leur public, entraves dans les municipalités dirigées par l'extrême-droite encore renforcées

  • L'attitude de chaînes de télévision qui se sont pliées à la volonté des candidats en ne diffusant que des images fournies par eux

CFDT-Journalistes se félicite de l'attitude des consoeurs et confrères qui ont poursuivi leurs investigations notamment sur les affaires Fillon et Le Pen.

Pour CFDT-Journalistes, le respect de pratiques déontologiques dans l'exercice du métier - tant dans le choix des mots que dans la distance à l'égard des candidats et de leur communication- est une des conditions nécessaires au bon fonctionnement démocratique.

Pour en savoir plus sur ces faits, consultez l'article très intéressant rédigé par Aude Carasco pour La Croix. Lire l'article en cliquant ici.

Publié le : 
Vendredi, 12 Mai, 2017