Fermeture de la salle de presse de l'Elysée : une décision inacceptable !

Le bureau de l' Association de la presse présidentielle prend acte avec gravité du communiqué de la présidence de la République du 24 octobre actant, sans qu’aucune concertation n’ait eu lieu sur ce point, la disparition prochaine de la salle de presse située dans l’enceinte principale de l’Elysée.
Notre protestation, portée par tous nos adhérents, est partagée par l'ensemble des journalistes.Nous ne comprenons pas en quoi la présence non intrusive de journalistes au coeur du palais dérange à ce point, sachant qu'il a toujours été loisible à l'occupant de l’Elysée de soustraire à la vue des journalistes ses visiteurs du jour ou du soir, la frontière entre la cour et l’ensemble des services de l’Elysée étant parfaitement étanche.
Nous ne comprenons pas non plus pourquoi ces 55 m2 sont indispensables au point de piétiner une tradition de transparence jamais démentie sous la Ve République.
Cette décision rappelle celle du président américain Donald Trump, qui a tenté de bouter les journalistes hors de la Maison Blanche avant de renoncer
L’enjeu de la présence de la présence de la salle de presse au cœur de l’institution n’est pas une question de mètres carrés ni de confort professionnel, mais une affaire de symbole. Elle signale la place que la présidence attribue au rôle de l’information. C’est d’ailleurs dans un réduit minuscule et inconfortable que les médias américains ont choisi de rester pour continuer à travailler à la Maison Blanche.En procédant à ces modifications, dont le coût n'est pas précisé, la présidence française adopte un comportement de propriétaire d'un lieu dont elle est locataire, et qui appartient aux Français.
Si concertation il y avait eu, il aurait sans nul doute été possible d'améliorer les conditions de travail des journalistes, des chaînes d’information continue notamment, sans rendre l'actuelle salle de presse "en pratique inaccessible". Les journalistes ne sauraient considérer comme une "concertation avec les rédactions" une brève visite non concluante des nouveaux locaux. De la concertation, la présidence a respecté l'apparence, pas l'esprit.
La présence au coeur de l'Elysée de journalistes est une expression de la liberté de la presse. Les en expulser porte atteinte à la liberté de la presse.
A l’heure où celle-ci est attaquée de toutes parts, cette décision unilatérale est incompréhensible et inacceptable.

 

Publié le : 
Vendredi, 26 Octobre, 2018
Rubrique: