Gilets jaunes : les journalistes doivent pouvoir exercer leur mission librement

Gilets jaunes : les journalistes doivent pouvoir exercer leur mission librement

 

Le mouvement des Gilets jaunes interpelle notre société. Les organisations syndicales l’ont souligné, et nous, syndicalistes et journalistes, ne pouvons rester insensibles à certaines revendications exprimées, dont bon nombre rejoignent les préoccupations de notre profession, et nos revendications pour une société plus juste et plus égalitaire.

Ce samedi 8 décembre, comme ils le font depuis le début du mouvement, les journalistes seront sur le terrain, à Paris comme en régions, pour couvrir les mobilisations des Gilets jaunes. Au vu de la dramatisation ambiante et des risques de violences qui pourraient se renouveler, les organisations syndicales de journalistes incitent toutes les consoeurs et les confrères qui se sentiraient en danger sur un reportage à exercer leur droit de retrait, et appellent les pouvoirs publics à assurer la protection des journalistes qui couvriront ces événements partout sur le territoire, comme ils doivent le faire pour tous les citoyens.

Les journalistes de CFDT-JOURNALISTES rappellent que les journalistes exercent leur métier d’informer, pour permettre aux citoyens de connaître la réalité des événements et de se forger une opinion à partir de faits, et non de rumeurs ou de diverses théories du complot. Faire un reportage, dans un Etat de droit, ne doit pas pouvoir impliquer la moindre menace. 

Si la couverture journalistique des événements de ces derniers jours a pu donner lieu parfois à un traitement sensationnaliste, caricatural, ou contestable, ou aux écarts verbaux d’éditorialistes en mal de reconnaissance, ces mauvais exemples ne sauraient occulter le travail remarquable, honnête et équilibré, réalisé par des centaines de reporters de presse régionale, nationale, écrite, radio, web ou télé.

Nous, syndicalistes et journalistes, appelons la profession, plus que jamais, à un traitement juste et complet de l’actualité, sans minorer ni majorer les événements, mais en les mettant constamment en perspective, avec comme seul objectif d’informer et de donner au public des clés de lecture de ces informations.

Nous, journalistes et syndicalistes, appelons les hiérarchies et les directions de tous les médias à bannir toute surenchère, motivée par la recherche éperdue de l’audience.

Nous, journalistes et syndicalistes, rappelons que le traitement journalistique relève aussi des choix individuels des journalistes, et qu’il leur appartient individuellement ou collectivement de s’opposer à des consignes des directions de médias qui seraient en contradictions avec les principes éthiques de la profession, rappelés dans la Déclaration européenne de Munich.

A Paris, le 7 décembre 2018

Publié le : 
Vendredi, 7 Décembre, 2018
Rubrique: