Greve à Ouest-France

 

 

 

 

Motion de défiance vis-à-vis de la direction du groupe SIPA Ouest-France le 17 septembre
 
Avec leur projet Nouvelle organisation des rédactions (NOR), les directions de Ouest-France,
du Courrier de l'Ouest, du Maine Libre et de Presse-Océan, membres du groupe SIPA Ouest-
France, ont rompu la confiance avec leurs salariés.  
En fondant ce projet sur la mutualisation des contenus, elles piétinent le principe du
pluralisme des médias et engagent les quatre journaux dans une stratégie suicidaire. En
fermant six rédactions, en réduisant à peau de chagrin trois départements, ce plan porterait
gravement atteinte à la qualité de l'information de terrain.   
Jusqu'à quel point ce projet a-t-il été véritablement réfléchi ? Il ne se fonde que sur des
économies et ne prévoit aucun développement d'envergure. Sa faisabilité est jugée
techniquement irréaliste par les équipes de terrain.  
Les dirigeants nous rappellent que nous sommes dans une nouvelle ère du numérique.
Précisément, comment affronter la mutation qui s'impose aux professionnels de
l'information en se privant de 10% de la rédaction à Ouest-France, 25% de la rédaction à
Presse-Océan, après avoir déjà amputé les effectifs des rédactions du Courrier de l'Ouest et du
Maine Libre ?
Ce projet, s'il était mis en œuvre, précipiterait l'érosion de nos lectorats dans les départements
concernés et ferait ainsi perdre le bénéfice éventuel des économies recherchées. Dans
l'histoire de la presse, toutes les expériences de mutualisation ont échoué. Les anciens salariés
du groupe Hersant s'en souviennent encore.  
Les salariés du groupe SIPA Ouest-France demandent à la direction de retirer son projet.
Ils attendent de leurs dirigeants qu'ils soient ouverts, inventifs, constructifs, qu'ils respectent
leur lectorat, renouent avec leur personnel, et manifestent leur foi en l'information de qualité.
 
Rennes, le 17 septembre 2018.

Publié le : 
Samedi, 13 Octobre, 2018
Rubrique: