Non, les journalistes ne sont pas des délateurs !

Les membres du Conseil National ont voté à l'unanimité la déclaration. © Jean-François Cullafroz

 

En incluant dans la même déclaration, les dénonciations pratiquées par des Français à l'incitation du régime de Vichy, les « sycophantes », les journalistes, les magistrats, les médias et les réseaux sociaux, l'ex-garde des Sceaux, porteur du projet de loi sur la moralisation de la vie publique ne peut que s'attirer la réprobation de CFDT Journalistes.

Si la démocratie est consubstantielle à la République, la liberté de la presse participe de l'identité-même des journalistes. Corédactrice de la charte européenne des Journalistes de Munich (1971), la CFDT ne méconnaît aucun de ses 15 articles.

Elle sait parfaitement que le libre exercice de la profession et la protection des sources sont au service de la quête incessante de la vérité. Autant de principes qui doivent contribuer à la qualité de l' information. Aussi, face à des risques avérés de mise au pas des médias et des professionnels qui les font vivre, le syndicat demande aux rédactions d'exercer à tous les niveaux et au sein de toutes les formes de presse leur devoir d’investigation. Mener des enquêtes, rechercher des informations, mettre en perspective les éléments recueillis, protéger les lanceurs d'alerte qui sont souvent des sources d’information, reste un impératif.

Pour la CFDT Journalistes, l'honneur de la profession reste plus que jamais:

  • de ne pas confondre information et communication
  • de respecter, en effet, les personnes et les droits afférents, dont la présomption d'innocence
  • de garder la même exigence de vérité dans l'exercice de leur métier.

Nous nous élevons contre la propension croissante des politiques à attaquer les journalistes, de manière de plus en plus décomplexée. La CFDT demande aux pouvoirs publics de préserver le fragile équilibre entre liberté des journalistes et de la presse, et droits des citoyens. On peut s'étonner que l'ancien garde des Sceaux place sur le même plan réseaux sociaux et professionnels de la justice et des médias.

La CFDT Journalistes revendique l'extension de la protection des sources des journalistes, comme l'avait prévu la loi Taubira, au moment-même où les dispositions de l'état d'urgence s'apprêtent à connaître une nouvelle législation. Les journalistes sont des vigies de la démocratie.

Paris, le 22 juin 2017

 

Retrouvez notamment ci-dessous la déclaration de François Bayrou du mercredi 21 juin 2017. Il s'attaque ouvertement aux médias, à la justice et aux réseaux sociaux qu'il compare à «une cocotte minute».

 

 

 

Publié le : 
Vendredi, 23 Juin, 2017