Le Centre de Formation des Journalistes est dans l’obligation de resserrer les cordons de la bourse du fait de la fonte des subventions

Les responsables du CFJ (Centre de Formation des Journalistes) David Straus, directeur adjoint et Cédric Molle-Laurençon, directeur des études adjoint ainsi que Michèle Martin, attachée de direction réservent toujours un accueil fort sympathique à la Cfdt Journalistes. Le 19 décembre dernier, l’équipe pédagogique était accompagnée par deux élèves de première et deuxième année.

Le CFJ, école privée, association loi 1901, poursuit sa politique de réduction des coûts, une obligation existentielle.

L’école de la rue du Faubourg Saint Antoine est dans l’obligation de resserrer les cordons de la bourse du fait de la fonte des subventions. Ces restrictions budgétaires ont pour conséquence, en 2019, une hausse du coût de la formation et du droit d’inscription au concours. Elles n’entament en rien la qualité de l’enseignement.  Les ressources du CFJ sont constituées pour 56% par les frais de scolarité payés par les étudiants et les entreprises des apprentis et pour 44% par la taxe d’apprentissage, les subventions et les dons.

« Le financement actuel d’un étudiant est de 15 000€. À moins de 8 000 euros de subvention par apprenti pour la branche, le CFJ cessera de recevoir des apprentis. En-dessous de ce tarif, il n’est en effet pas possible de former un journaliste » a déclaré David Straus.

La scolarité

Le CFJ s’est adjoint les compétences de Julien Pearce, reporter de terrain à Europe 1 pendant cinq ans, actuellement au service des sports. Il remplace Philippe Poulenard (France Info) sous la direction de Cédric Rouquette et Cédric Molle-Lourençon (Dr et Dr adjoint des études du CFJ).

47 sur 48 étudiants de la dernière promotion ont obtenu leur diplôme.

« Nous avons ajouté une clause au règlement intérieur, » nous a encore signalé David Straus, « en cas d’arrêt de longue maladie, l’étudiant aura le droit de présenter une deuxième année ».

La promo CFJ/73

Elle compte 60% de candidates.

Pour les stages en entreprises, certains medias ont été écartés, ceux qui utilisent les apprentis pendant les vacances pour remplacer les journalistes en congés, qui les laissent seuls face à leur destin. Sont conservés les medias qui affichent la volonté d’apprendre le métier aux étudiants qui leur sont confiés par le CFJ.

Voyage à Rome

Cette année, en février, les étudiants de première année partiront à Rome et ce ne sera pas comme dans la chanson d’Étienne Daho pour un « week-end à Rome » mais pour dix jours avec l’ambition de découvrir les conséquences de l’arrivée de l’extrême droite italienne au pouvoir.   

Les étudiants du CFJ sont créatifs

Ils ont créé deux medias, l’un qui s’adresse aux jeunes et l’autre, à ceux qui vivent la nuit.

La promo CFJ-73 a sorti le scoop de l’année : le ratage du siècle ! Dans leur journal «210 news » du 6 décembre 2018, ils ont été les premiers à dénoncer le « fisaco des maillots 2 étoiles des Bleus ». À l’approche de Noël, le maillot des Bleus restait introuvable dans les magasins. Nike le fournisseur officiel et la Fédération Française de Football ont sous estimé la capacité de l’équipe nationale à devenir champions du monde une deuxième fois et au lieu de lancer la production d’au moins 600 000 maillots « deux étoiles » - ce qui s’est vendu en 1998- ils ont tablé sur la défaite des Bleus … et ont raté la vente du siècle.

La place des syndicats en entreprise de presse présentée aux étudiants

Il a été convenu d’une présentation aux étudiants de deuxième année des différents organismes syndicaux en une séance de deux heures en présence de représentants de tous les syndicats.

Prochains conseils pédagogiques : mars ou avril et octobre ou novembre 2019. Dates à définir.

 

 

 

Publié le : 
Lundi, 14 Janvier, 2019