Motion de défiance à Sud Ouest, la direction lâche du lest

La rédaction de Sud Ouest s'est mobilisée en signant massivement une motion de défiance à l'adresse de la direction. Les journalistes mettent en avant des tâches supplémentaires, des pertes de postes, de revenus, de jours de repos et de repères sur le plan rédactionnel. Face à ce climat de malaise, la direction de GSO Sud Ouest joue l'apaisement. Elle s'est engagée à geler les suppressions de postes jusqu'à la fin de l'année, une vingtaine ( par le non remplacement de départs à la retraite). Les journalistes ont aussi obtenu le rétablissement du paiement des photos à l’acte.

Dans la motion de défiance, les journalistes considéraient qu'ils " ne sont ni entendus, ni compris. Ils disaient « ne font plus confiance à l'actuelle direction pour mener l'indispensable transformation de la rédaction sans en dégrader encore plus les conditions de travail". Le constat était assorti d'une menace de grève avant la fin du mois de juin.

L’indépendance de la rédaction par rapport aux supports de communication du groupe a également mobilisé les journalistes d'autant qu'une négociation sur une charte déontologie avec la Société civile des journalistes (SDJ) est en cours à Sud Ouest.

La CFDT-Journalistes apporte tout son soutien aux journalistes de Sud Ouest. Dans un communiqué diffusé récemment, le S3C Nord-Aquitaine s'interrogeait : « Sud Ouest : des jours meilleurs pour tout le monde ? » Car si le groupe est parvenu à rééquilibrer ses comptes, il le doit notamment aux efforts réclamés aux personnels dont les journalistes. En faisant entendre leur voix, ils l'ont rappelé à la direction.

Publié le : 
Samedi, 16 Juin, 2018
Rubrique: