Pistes de réflexion professionnelle et sociétale à la table-ronde ODI-EDI

Mardi 20 septembre, l'initiative conjointe ODI-EDI ( Observatoire de la Déontologie de l'Information -Entretiens de l'Information) pour réfléchir au traitement médiatique de l'attentat de Nice fait salle comble (+100 participants), dans les locaux de l'université Paris 2, avec une présence significative d'étudiants de l'IFP.

Deux tables-rondes animées par le sociologie des médias Jean-Marie Charon, président des Entretiens de l'information, et Patrick Eveno, universitaire président de l'ODI, ont permis d'entendre les témoignages et la réflexion de Denis Carreaux, directeur de la rédaction de Nice-Matin, Juliette Méadel, secrétaire d’Etat chargée de l’aide aux victimes, un membre du CSA et beaucoup d'autres, journalistes ou analystes tel Fethi Benslama, psychanalyste, professeur à l’université Paris 7; ce dernier est revenu à plusieurs reprises sur l'impact que la médiatisation peut représenter, parlant meme d'un effet de "séduction" sur certains: "la jouissance de devenir quelqu'un quand on a été rien".

Une thèse aux antipodes de celle du livre de David Thomson, qui devrait donner à réfléchir non seulement sur les médias mais aussi sur une certaine décompositon sociale avancée, où "des jeunes fragilisés" trouvent-là une façon d'exister aux yeux du monde.

Captation et conclusion à retrouver incessament sur le site de l'ODI.

Rubrique: