Plurimédia : éventualité de grève

Les représentants du personnel sont revenus sur la demande qui a été formulée il y a maintenant un mois concernant l’obtention de la prime défiscalisée de 1 000 euros. Rappelons que cette demande avait été faite à Pascal Laroche puis à Fabien Sfez qui devait remonter à l’actionnaire notre requête. Monsieur Sfez a quitté ses fonctions… le lendemain de notre entrevue.

Depuis, personne du groupe n’est revenu vers la direction de Plurimedia, qui semble ne plus avoir d’intermédiaire défini au sein de Lagardère. Pascal Laroche nous a néanmoins assuré chercher et trouver un interlocuteur. Il reviendra vers nous d’ici la fin de la semaine. 

Nous rappelons que l’obtention de la prime constitue une demande capitale de la part des salariés de Plurimedia.

Voici, pour rappel nos principaux arguments :

  • Situation de vente anxiogène.

  • Un actionnaire qui s’est « gavé » depuis de nombreuses années, en faisant remonter systématiquement le résultat, au détriment parfois de l’investissement.

  • Un intéressement inexistant et une participation 2019 qui s’annonce en baisse après celle de 2018, déjà diminuée de moitié depuis celle de 2017.

  • De gros chèques de départ négociés pour les hauts cadres de Lagardère recasés dans l’entité Lagardère Corporate

  • Pour les salariés de Levallois, deux déménagements en l’espace de quelques mois.

  • Migration de nos serveurs à l’extérieur de nos bureaux, ralentissant de fait nos outils informatiques.

Si Plurimedia a jusqu’à maintenant généré un RésOp positif chaque année, il le doit uniquement au travail de ses salariés. Cette année, entre le RésOp (encore une fois positif et conséquent pour une agence de presse), la remontée de la trésorerie et la vente, le travail des employés de Plurimedia a rapporté plusieurs millions à Lagardère. 1 000 euros nous parait être au moins une légitime récompense de l’activité des salariés.

De plus, en conclusion de la mission sur la situation économique et financière de juin dernier, notre expert estimait que la richesse générée devait être mieux partagée. La prime de 1 000 euros est un moyen de le faire !

Dans ce contexte, nous appelons l’ensemble du personnel de Plurimedia à se préparer à un mouvement de grève qui surviendra dans les semaines à venir en cas d’absence de réponse ou d’échec de la négociation sur la prime de 1 000 euros.

Vos représentants CFDT Communication conseil culture, Snj-Cgt, Cgt, FO, SNJ.

 

 

Publié le : 
Lundi, 21 Janvier, 2019
Rubrique: