Plurimédia en grève

A l’issue des assemblées générales tenues ce matin sur les sites de
Levallois-Perret et Schiltigheim, les salariés de  Plurimedia se sont
mis  en  grève.  Le  mouvement  fait  suite  au  refus  par  Lagardère
d’attribuer  à  chacun  une  prime  de  1000  euros.  Une  prime  qu’ils
jugent plus que méritée pour les raisons suivantes :
 
   
 Une    répartition    injuste    de    la    richesse    de    l'entreprise
•Lagardère, actionnaire de Plurimedia, a systématiquement remonté les
dividendes au détriment des investissements, faméliques. Cela représente
plus de 7 millions d’euros depuis 2010.
•Une répartition injuste de la richesse de l’entreprise (opacité du système de
distribution des primes, par exemple)
•La trésorerie de l'entreprise se monte à 2,8 millions d'euros. Largement de
quoi financer cette prime sans mettre ses comptes en péril.

 

Des    conditions    de    travail    dégradées    
•Parc informatique en décrépitude
•Sous-effectifs dans certains services
•Des outils ralentis suite à la migration de serveurs.

 

Un contexte de cession
•L'entreprise est en cours de cession au groupe polonais Media-Press.TV
•La direction de celui-ci n'a pas été en mesure de rassurer ses futurs salariés
sur leur avenir.Un    contexte    de    cession.

 

Alors     que     le     groupe     Lagardère     est     sur     le     point     de     se     séparer    
de     Plurimedia,     il     est     grand     temps     pour     lui     de     témoigner     un    
minimum    de    reconnaissance    à    ses    salariés.   

CFDT Communication conseil culture    Le SNJ-CGT    La CGT    FO    SNJ

Publié le : 
Mardi, 12 Février, 2019
Rubrique: