Question à Laurent Berger, Secrétaire général de la CFDT