France : non à l’expulsion d’un journaliste somalien

                     

Les syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes (membres de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) 600.000 membres dans le monde) appellent la France, en l’occurrence le ministère des Affaires étrangères, à empêcher l’expulsion de Mohamed Bashir Haji, journaliste somalien, qui est actuellement dans un centre d’accueil à Quimper.

Parti de son pays en 2014, après avoir failli trouver la mort dans l’explosion d’une bombe lors d’un reportage, il est arrivé au Danemark, où il a été débouté de sa demande d’asile. Les autorités danoises l’ont menacé de renvoi en Somalie. Il est actuellement en CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation) à Brest, mais il est menacé d’expulsion en vertu des accords de Dublin. Un premier recours a été rejeté, il a jusqu’au 29 juin pour faire appel.

Le préfet de Quimper a programmé une première expulsion mardi dernier, qu’il a pu éviter, mais une nouvelle expulsion est prévue pour mardi 20 juin. Les syndicats français avec les ONG, dont la LDH, appellent la préfecture à surseoir à cette expulsion et à lui permettre de déposer une demande d’asile en France, pour raisons humanitaires, comme le permet pourtant l’article 17 des accords de Dublin. Nous demandons au Quai d’Orsay à intervenir immédiatement pour faire jouer les clauses humanitaires, en effet une expulsion vers le Danemark risque de signifier un retour en Somalie avec des conséquences dramatiques. Trop de journalistes y ont déjà trouvé la mort.

Avec la FIJ nous appelons à la solidarité de la profession en direction de notre confrère et à tout mettre en œuvre pour lui permettre de bénéficier de tous ses droits.

Le 19/06/2017

Publié le : 
Lundi, 19 Juin, 2017