Blogs

FNPS : la CFDT ne signera pas le protocole d'accord

CFDT Journalistes ne signera pas le protocole d’accord sur les minima garantis mensuels 2016 des journalistes professionnels de la presse d’information spécialisée proposé par la FNPS, lors des réunions des 21 octobre et 8 novembre 2016. Selon nos calculs, « 7 euros bruts par mois représentent 91€ par an (sur 13 mois), soit une proposition misérable. »

Les négociateurs ont perdu deux après-midi pour ne pas s’entendre sur un montant correct.

Lire la suite

TURQUIE: STOP A LA RÉPRESSION CONTRE LES JOURNALISTES

La CFDT: Journalistes estt mobilisée avec les autres syndicats syndicats français (SNJ, SNJ-CGT) pour dénoncer la chasse aux sorcières menée par les autorités turques contre les journalistes notamment au nom d'une atteinte à la sûreté. En Turquie, les prisons font le plein tandis que la liberté d'informer est cadenassée.
L'intersyndicale a demandé une entrevue avec le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault pour lui faire part de sa profonde inquiétude de la profession.

Lire la suite

Turquie : campagne mondiale de solidarité

La FIJ (Fédération internationale des journalistes) a lancé une action de solidarité en soutien aux journalistes en Turquie et à ses affiliés le Syndicat des journalistes de Turquie (TGS), l’Association des journalistes de Turquie (TGC), et l’Association des journalistes progressifs (PJA).

Lire la suite

Négo et NAO FPPR : le zéro et l'infini

Cette année encore, les patrons de la FPPR ne proposent aucune augmentation des salaires pour les employés, journalistes et cadres de la PHR, malgré l'inflation de 0,4 % constatée sur l'année (de septembre 2015 à septembre 2016). Les partons mettent en avant de mauvais résultats économiques de la branche (-0,51% pour la pub, -3,94% pour la diffusion)  pour justifier ce choix, arguant également d'une "avance" de +1,02% sur la période 2001-2016 sur le coût de la vie.

Lire la suite

Gabon : comme un air de couvre-feu numérique

Après la proclamation le 31 août d'une victoire à l’arraché du président sortant Ali Bongo-49,8% contre 48,23% pour Jean Pingi, l'accès à Intenret n'est possible que la journée depuis ce lundi, témoignent des journalistes sur place. L'accès aux réseaux sociaux est impossible.
Ces coupures sans explication, qui s'apparentent à un couvre-feu numérique, entravent le travail des journalistes français qui tentent de rendre compte de la situation tendue au Gabon pour des médias à forte audience en France et en Afrique (RFI France 24 TV5 Monde AFP).

Lire la suite