Charte de Munich

Charte de Munich 1971

 Déclaration des devoirs et des droits des journalistes

Cette déclaration a été rédigée et approuvée à  Munich, les 24 et 25 novembre 1971. Elle a été adoptée depuis par la Fédération internationale des journalistes (FIJ), par l'Organisation internationale des journalistes (OIJ), et par la plupart des syndicats de journalistes d'Europe.

Préambule

Le droit à  l'information, à  la libre expression et à  la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain.   De ce droit du public à  connaître les faits et les opinions procède l'ensemble des devoirs et des droits des journalistes.

La responsabilité des journalistes vis-à -vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à  l'égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

La mission d'information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes s'imposent spontanément. Tel est l'objet de la déclaration des devoirs formulée ici. Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l'exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l'indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est l'objet de la déclaration des droits qui suit.

Déclaration des devoirs

Les devoirs essentiels du journaliste dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements sont :

1. Respecter la vérité, quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.
2. Défendre la liberté de l'information, du commentaire et de la critique.
3. Publier seulement les informations dont l'origine est connue ou dans le cas contraire
les accompagner des réserves nécessaires; ne pas supprimer les informations
essentielles et ne pas altérer les textes et documents.
4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
5. S'obliger à  respecter la vie privée des personnes.
6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte.
7. Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement.
8. S'interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement,
ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la
suppression d'une information.
9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du
propagandiste; n'accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.
10. Refuser toute pression et n'accepter de directive rédactionnelle que des responsables de la rédaction.
Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d'observer strictement les principes énoncés ci-dessus. Reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste n'accepte en matière d'honneur professionnel que la juridiction de ses pairs, à  l'exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

Déclaration des droits

1. Les journalistes revendiquent le libre accès à  toutes les sources d'information et le
droit d'enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret
des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par
exception et en vertu de motifs clairement exprimés.
2. Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à  la ligne
générale de l'organe d'information auquel il collabore, telle qu'elle est déterminée par
écrit dans son contrat d'engagement, de même que toute subordination qui ne serait
pas clairement impliquée par cette ligne générale.
3. Le journaliste ne peut être contraint à  accomplir un acte professionnel ou à  exprimer
une opinion qui serait contraire à  sa conviction ou à  sa conscience.
4. L'équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision
importante de nature à  affecter la vie de l'entreprise. Elle doit être au moins consultée,
avant toute décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la
rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion des journalistes.
5. En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non
seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à  un contrat personnel
assurant la sécurité matérielle et morale de son travail ainsi qu'à  une rémunération
correspondant au rôle social qui est le sien, et suffisante pour garantir son
indépendance économique.