Négo et NAO FPPR : le zéro et l'infini

Cette année encore, les patrons de la FPPR ne proposent aucune augmentation des salaires pour les employés, journalistes et cadres de la PHR, malgré l'inflation de 0,4 % constatée sur l'année (de septembre 2015 à septembre 2016). Les partons mettent en avant de mauvais résultats économiques de la branche (-0,51% pour la pub, -3,94% pour la diffusion)  pour justifier ce choix, arguant également d'une "avance" de +1,02% sur la période 2001-2016 sur le coût de la vie.

La CFDT a fait valoir le fait qu'en PHR, les salaires restent très bas alors que le coût de la vie augmente et que malgré la mise en place de la nouvelle grille des employés, le premier échelon est déjà dépassé de 0,52% par le SMPG depuis janvier 2016. La NAO a été renvoyée à la revoyure de janvier 2017.

Sur la grille des journalistes, la négociation n'avance pas non plus, la proposition des éditeurs étant insuffisante, avec une progression moyenne de +2,03% et une amplitude de 50,12%, alors que la grille des employés a, elle, progressé de plus de 6% en moyenne.
La porte n'est cependant pas totalement fermée : les syndicats ont été invités à formuler de nouvelles propositions sur la grille et d'éventuelles nouvelles qualifications. Nous allons proposer des définitions sur le bi-média et la création d'un échelon de "journaliste expert" à un indice entre 150 et 175 pour offrir des perspectives de carrière aux journalistes hors encadrement.
Un chiffre a été avancé, mais qui peut cacher des réalités bien différentes : le salaire moyen d'un journaliste de PHR serait de 2500€ brut, ce qui est bien supérieur à la grille. Pour avoir une idée plus précise de la réalité des salaires, nous avons demandé le salaire moyen par indice. Les propositions doivent être envoyées au SPHR pour le 25/10.

Enfin, il a été rappelé que les journalistes devaient être consultés tous les ans sur l'option d'abattement des charges sociales.

Prochaine réunion : vendredi 18 novembre.